Being one with others and the world

After my first week as a WYA intern in New York, my fellow intern and I wanted to see the famous Statue of Liberty and we decided to go downtown on our first weekend. After going out of the stairs of the subway, we were engulfed by many ticket sellers. Before arriving, we knew that the ferry was free but one guy suggested walking five minutes along the coast to see if we wanted to queue up for two hours to take the free ferry to see the Statue of Liberty.

After thinking about it and taking a few selfies, we decided to explore other historical or cultural areas in the area. We learned that the 9/11 Memorial was just a few minutes away. We found it as an interesting alternative and we decided to go there. Upon arrival in the memorial, I felt a very special atmosphere. It was relaxing and oppressive at the same time.

We decided to visit the museum. We both wanted to give it a try. My first impression was not the best. The museum was dark, a bit empty of chef d’oeuvres and it was very crowded. I paid $24 to enter the museum and it was too early to leave. So I went on and imagined myself on that day when 9/11 happened. The more I saw, read, and watched, I realized the great horror of that day. Despite that, there was one thing that really inspired me, the strong sense of solidarity that happened among all New York on that day and the days following the incident.  

Truly, it is in the most dramatic situations that the best of the human person stands out. There was one common idea in the testimonies of the victims and their families were helping others. Everyone was giving assistance even if they couldn’t do anything. Many of the shops in the World Trade Center gave free food to the firemen, paramedics, and volunteers, among others.

It was also inspiring to see many people from across the United States leaving their school or work and traveling to New York City to offer help. The entire country and even the entire world stopped their daily activities and offered support in whatever way that they can. Suddenly, the whole world was one family. The group takes precedence over the individual.

Solidarity is something which is an integral part of our humanity. It won’t easily disappear. It proves the intrinsic dignity of the human persona and the great capacity of each person to use their freedom for the common good and to help their global family.

It’s not always easy to put the common good before our own interests. However, the world that we live in today needs greater solidarity more than ever. We don’t need another 9/11 for us to showcase the power of solidarity. Through our daily lives, we can be one with others and the world. Here are three simple ways on how you can do that:

First, help your friend or colleague who is in a very bad moment. We all have good and bad days and when someone supports us in our bad days, we are truly grateful for those friends. Your help doesn’t need to be in monetary form. Even simple things like your sharing your time y listening to his or her problem will make a big difference.

Second, offer your seat to an elderly person or someone who looks very tired in the bus or train. This is a very simple gesture of kindness but I haven’t noticed a lot of people do it recently. Offering your seat is more than the act itself. It means that you’re conscious of the people around you and their needs. Once you take the habit to do it, you’ll be surprised by how much you can help someone just by simply offering your seat.

And finally, smile to a stranger. I think it’s one of the more important acts of solidarity that one can do. Once I was in a train in Switzerland and I was about to get off when I saw an old lady and I simply smiled at her. Then she said the words, “Thank you for your smile. You’re the first person who smiled to me since my husband passed away two weeks ago. So smile even to strangers. Maybe not all day or you will have cramps but smile more than you are used to. It could brighten up someone’s day and yours too. It is proved that smiling two minutes a day makes someone happier.

We can add more points to this list of three but the key message is for us to look for opportunities to be in solidarity with others may it be a friend, an elderly person or a stranger. We are one global family and there are many other ways that you could help but solidarity starts at home and in your own community. Look at the people around you. Don’t hesitate to offer your help. Go for it and show your support. Be thankful for life and life will bring it back to you.

Written by Helene Blanchut, a WYA Headquarters’ intern (Batch 3, 2017) from Switzerland.

Solidarité d’un jour, solidarité toujours

Après ma première semaine de stage à WYA à New York, une de mes collègues et moi-même sommes allées voir la célèbre Statue de la Liberté. A peine sorties du métro, nous avons été abordées par de nombreux vendeurs de billets de ferry. Nous savions déjà que le ferry était gratuit mais un vendeur nous a suggéré de marcher cinq minutes le long de la côte pour voir si nous voulions faire la queue pendant deux heures afin de voir la célèbre statue.

Après avoir réfléchi et pris quelques selfies, nous avons décidé d’explorer d’autres quartiers historiques et culturels. Nous savions que le Mémorial du 11 septembre n’était qu’à quelques minutes à pied alors nous y sommes allées. À notre arrivée, j’ai ressenti une atmosphère très spéciale : à la fois tranquille et oppressante.

Après quelques minutes d’hésitation, nous avons décidé de visiter le musée. Franchement, je n’étais pas très convaincue : le musée était sombre, un peu vide d’œuvres et il y avait énormément de monde. Mais j’avais payé 24 $ pour entrer au musée donc je n’allais quand même pas le quitter après dix minutes de visite. Aussi ai-je continué en m’imaginant vivre ce 11 septembre. Plus j’observais, plus je lisais et regardais, plus je réalisais l’horreur de cette journée. Cependant, un message ressortait de chaque salle : le fort sentiment de solidarité qui s’est manifesté entre tous les habitants de New York ce jour-là et les jours qui ont suivi l’attentat.

C’est dans les situations les plus dramatiques que le meilleur de la personne humaine se manifeste. Chacun cherchait à apporter son aide même s’il était impuissant. La plupart des magasins du World Trade Center ont distribué de la nourriture gratuite aux pompiers, ambulanciers, personnels paramédicaux et bénévoles, entre autres.

Beaucoup de personnes quittaient leur école ou leur travail pour se rendre à New York afin d’offrir leur aide. Le pays entier et même le monde entier ont arrêté leurs activités quotidiennes et ont offert leur soutien de toutes les manières possibles. Tout à coup, le monde entier était une famille. Le bien commun dominait l’individualisme.

La solidarité fait partie intégrante de notre humanité. Elle prouve la dignité intrinsèque de la personne humaine et la grande capacité de chacun à utiliser sa liberté pour le bien commun et, ainsi, à aider sa famille humaine de par le monde.

Ce n’est pas toujours facile de placer le bien commun avant nos propres intérêts. Pourtant, le monde dans lequel nous vivons aujourd’hui a besoin d’une solidarité plus forte que jamais. Nous n’avons pas besoin d’une autre journée comme celle du 11 septembre pour nous prouver le pouvoir de la solidarité. Nous pouvons nous entraider dans notre routine quotidienne.

Par exemple, chaque personne peut aider un ami ou collègue qui passe par un moment difficile. Nous avons tous de bons et de mauvais jours et quand quelqu’un nous soutient dans nos difficultés, nous lui en sommes vraiment reconnaissants. Votre aide n’a pas besoin d’être financière. Même des choses simples comme partager votre temps et écouter la personne feront une grande différence pour cette dernière.

Vous pouvez aussi offrir votre siège à une personne âgée ou à quelqu’un qui a l’air très fatigué dans le bus ou le train. C’est un geste très simple de gentillesse mais peu de gens le font réellement. Offrir votre place est plus que l’acte lui-même. Cela signifie que vous êtes conscient des gens autour de vous et de leurs besoins. Une fois que vous prenez l’habitude de le faire, vous serez surpris de voir combien vous pouvez aider quelqu’un simplement en lui offrant votre siège.

Enfin, souriez aux autres. Je pense que c’est l’un des actes de solidarité les plus importants que l’on puisse faire. Une fois, j’étais dans le train en Suisse et j’étais sur le point de descendre quand j’ai vu une personne âgée. Je lui ai simplement souri et ai eu des mots très touchants en retour : “Merci pour votre sourire. Vous êtes la première personne à me sourire depuis que mon mari est décédé il y a deux semaines”. Alors souriez même aux étrangers. Peut-être pas toute la journée ou vous aurez des crampes mais souriez plus que d’habitude. Cela pourrait égayer la journée de quelqu’un et la vôtre aussi. Il est prouvé que sourire deux minutes par jour nous rend plus heureux !

Je pourrais continuer la liste mais le message clé est que des occasions de solidarité s’offrent à nous partout et à tout moment. Nous sommes une grande famille dans le monde entier et il existe beaucoup de moyens d’entraide. Mais vous n’avez pas besoin de faire le tour du monde pour exercer votre solidarité. Regardez les gens autour de vous. N’hésitez pas à leur offrir votre aide. Allez-y et montrez votre soutien ! Soyez reconnaissants pour la vie et la vie vous sera reconnaissante à son tour.