Réunion plénière de haut niveau sur la jeunesse aux Nations Unies : occasion de rayonner pour l’Alliance Mondiale de la Jeunesse

New York, le 26 juillet 2011 – Trente jeunes de l’Alliance Mondiale de la Jeunesse (World Youth Alliance – WYA), venus de près de vingt pays, ont participé au sommet de haut niveau sur la jeunesse qui s’est tenu au siège de l’Organisation des Nations Unies à New York, ces 25 et 26 juillet 2011. Beaucoup de membres de l’Alliance avaient été admis dans les délégations officielles de leurs pays. Cela a été une expérience forte pour de nombreux délégués de l’Alliance, principalement pour ceux qui se sont retrouvés assis parmi les chefs d’Etat des quatre coins de la planète lors de l’Assemblée générale des Nations Unies. Pour Bernadette, française, une courte phrase résume l’atmosphère : « C’est très impressionnant et excitant! ». La WYA se réjouit de la possibilité de faire entendre la voix de jeunes promouvant la dignité, la famille, et le développement authentique.

L’Alliance mondiale de la jeunesse a parallèlement co-parrainé ce 26 juillet une conférence intitulée « Nos voix, nos aspirations : un dialogue de la jeunesse sur le développement durable », avec la Communauté internationale Bahá’í, à laquelle ont assisté plus de quarante personnes. Iyinoluwa Aboyeji, membre nigérien de l’Alliance, a prononcé un discours lors de l’événement, exposant sa vision du développement durable des jeunes. Iyinoluwa a souligné le « contexte » dans lequel le développement durable doit prendre place, à savoir « les familles et les communautés » avant tout, et non les gouvernements. Il a reconnu que le document final de la réunion onusienne sur la jeunesse contenait un paragraphe stipulant que « la responsabilité principale pour le développement des jeunes incombe aux Etats », et que ceci est contraire à ce que nous savons du développement authentique. La responsabilité première du développement des jeunes incombe aux familles et aux communautés! L’Alliance remercie et salue les délégations de l’ONU qui ont inclus ses recommandations sur la famille dans leurs adresses à l’Assemblée générale le mardi 26 juillet.

Pour l’Alliance Mondiale de la Jeunesse, la réunion sur la jeunesse a été une occasion de mettre en avant ce que les jeunes ont de meilleur à offrir aux institutions internationales. Les délégués de la WYA, en se prononçant sur la rédaction du document final, ont contribué à faire entendre la voix des jeunes au sein de l’ONU, une voix trop souvent orientée vers la garantie des « droits sexuels et reproductifs », plutôt que sur les besoins réels des jeunes en termes de développement, comme la nutrition, l’éducation, la santé, l’assainissement, un travail décent et une culture vivante.

Consciente de l’importance des arts et de la culture dans la vie des jeunes, l’Alliance Mondiale de la Jeunesse a également organisé l’évènement intitulé « Quand l’art parle : une passerelle pour comprendre la personne humaine », qui présentait de jeunes musiciens, acteurs, cinéastes et sculpteurs. 130 membres, amis et délégués de l’Alliance nous ont rejoints au siège de l’association pour profiter de cette soirée de spectacles et d’expositions d’art visuel.